Les avantages de la culotte menstruelle

Les avantages de la culotte menstruelle

27 avril 2022 0 Par clara

Ces dernières années on a vu arriver sur le marché une nouvelle protection pendant les règles : la culotte menstruelle. Quels sont ses avantages par rapport aux traditionnelles, serviettes, tampons et autres cups ?

 

culotte-menstruelle-sante-intime

La culotte menstruelle, c’est bon pour l’environnement et pour la santé

Le premier avantage que l’on peut citer est bien sûr celui de respecter l’environnement. En effet, les culottes sont en textile et sont réutilisables. Il ne s’agit donc pas de déchets à base de plastiques qui ne s’utilisent que quelques heures. Alors oui, les puristes pourront arguer qu’il faut compter les machines à faire tourner pour laver ces sous-vêtements menstruels, néanmoins, on est loin de la pollution engendrée par les serviettes et tampons. Ensuite, les autres avantages vont se trouver du côté de la santé.

 

La culotte menstruelle limite les risques pour la santé

Outre l’aspect environnemental, le plastique contient également des substances parfois toxiques comme les perturbateurs endocriniens pouvant être dangereux pour la santé. C’est notamment une grande préoccupation pour les personnes qui portent des tampons puisque ceux-ci sont en contact direct avec le vagin et ses muqueuses. Le contact est déjà moins important lorsqu’il s’agit de serviettes périodiques.

Néanmoins, la meilleure solution est la culotte de règle, car celle-ci, en plus d’être à l’extérieur de la vulve, ne contient pas de plastique ou de produits toxiques. Voir ici pour comment choisir entre la serviette, les tampons ou la cup.

 

Le syndrome du choc toxique

Depuis un moment, les témoignages se multiplient à ce sujet, tentant d’alerter la population sur la toxicité des produits contenus dans les serviettes et tampons. Le SCT est une maladie infectieuse rare mais très grave, causée par une bactérie appelée staphylocoque doré. Ce germe peut s’installer à différents endroits du corps et notamment dans le vagin.

Il faut savoir qu’environ 40% de la population est porteuse de cette bactérie mais restent des porteurs sains (celle-ci s’installe sur la peau ou dans les muqueuses externes, ne causant pas de maladie). Par contre, ça se gâte lorsque la bactérie s’installe dans les muqueuses internes. Elle fabrique alors une toxine qui se propage par voie sanguine et affecté tous les organes jusque’à ce qu’ils cessent de fonctionner.

Une étude à démontrer que les femmes qui portent le même tampon durant 6 heures ont 2 fois plus de risques d’être infectées par la bactérie. Ce chiffre est multiplié par 3 lorsque le tampon est gardé 8h. Mais les tampons ne sont pas les seules protections à être à risque, les cup menstruelles également. La raison est simple, c’est parce que ces protections empêchent le sang de s’écouler et le maintiennent à l’intérieur du vagin. C’est donc un environnement dans lequel les staphylocoques dorés aiment particulièrement se développer.

 

Comment s’assurer de choisir la bonne culotte menstruelle

Le marché étant en plein boom, il a tout naturellement attiré des marques peu scrupuleuses qui produiront des produits bas de gammes contenus des éléments toxiques. Il est donc important de vérifier la marque (attention notamment au dropshipping avec des produits qui ne possèdent pas les mêmes normes que l’Europe).

Préférez les produits sans parfum et sans pesticides. Certaines culottes possèdent même un tissu anti-bactérien qui assure une hygiène parfaite et limite les odeurs. Prenez le temps de regarder en détail les informations sur la fabrication, le tissu et les matériaux utilisés. Dans tous les cas, avec une culotte menstruelle, le sang ne reste pas à l’intérieur du vagin, vous n’avez donc aucune chance pour que le staphylocoque doré s’installe dans vos muqueuses. 

 

 

Contre la précarité menstruelle

Avoir ses règles coute cher en protections périodiques. On parle déplus en plus de précarité menstruelle qui touche 3 personnes menstrues sur 10 en France. Ce chiffre est plus important chez les jeunes (37% chez les 20-29 ans) et le plus pauvres (48%). En attendant l’instauration de la gratuité des protections périodiques, la culotte de règle peut être une alternative intéressante car son coût est moins élevé sur le temps d’utilisation (même si cela reste un investissement plus important à l’achat car on compte entre 20 et 50€ pour une culotte, sachant qu’il en faut plusieurs pour tenir pendant la durée de ses règles).