La pilule contraceptive : gratuite jusqu’à 25 ans

La pilule contraceptive : gratuite jusqu’à 25 ans

15 septembre 2021 0 Par clara

La pilule contraceptive est devenue le moyen de contraception le plus courant en France. Fonctionnant grâce aux hormones qu’elles contiennent, elles existent en nombreux types différents. 

 

pilule-contraceptive-sante-intime-2

 

Avec une efficacité à 99% (en général), elles doivent être prises régulièrement pour que cela fonctionne. Mieux que le préservatif pour les grossesses (mais pas les MST attention !). Mais certaines peuvent avoir des effets secondaires. Il faut donc consulter un professionnel de santé qui saura vous prescrire celle qui vous conviendra le mieux. Et depuis peu, si certaines étaient déjà remboursées, la pilule contraceptive devrait être gratuite jusqu’à 25 ans. 

 

Quels types de pilule contraceptive peut on trouver ? 

Il existe deux grands types de pilules : les pilules progestatives (PP) et les pilules combinées (PC). 

Pour aller plus loin, les pilules progestatives (PP) sont composées d’hormones de synthèse dérivées de la progestérone, qu’on appelle donc des progestatifs. Leur action consiste à stopper l’ovulation, donc plus de règles, tandis que d’autres ne les perturbent pas. Pour que cela fonctionne de façon optimal, les PP doivent être prises à heure fixe chaque jour. Elles augmentent la densité de la glaire cervicale (les spermatozoïdes ne peuvent pas passer). Elles réduisent aussi l’épaisseur de la paroi utérine, ce qui empêche l’implantation d’un ovule fécondé.

D’ailleurs, nous retrouverons dans cette catégorie la pilule du lendemain, à prendre dans les 12h qui suivent un rapport sexuel sans protection. 

Concernant les pilules combinées (PC), elles sont composées un progestatif et un œstrogène de synthèse. En France, il existe des PC de 2e, 3e et 4e génération : les progestatifs et œstrogènes utilisés sont différents pour chaque génération. Elles ont une action similaire aux PP, à la différence qu’elles arrêtent à coup sûr l’ovulation. C’est pour cela que cette pilule contraceptive se prend sur 21 jours avec une pause de 7 jours. C’est alors qu’apparaissent ce qu’on appelle les hémorragies de privation, que l’on confond parfois avec les règles. 

 

Quels sont les effets secondaires peut-on avoir le plus souvent avec la pilule contraceptive ?

Si la pilule a le bon côté d’éviter de tomber enceinte, elle vient parfois avec des inconvénients. Prise de poids, règles irrégulières, acné , migraines chute de cheveux … On observe également des effets parfois plus graves, particulièrement avec les pilules dernière génération. C’est-à-dire qu’il y a des risques de formation de caillots sanguins, d’où un risque de thombose, d’embolie pulmonaire, de crise cardiaque ou encore d’ accident vasculaire cérébral (AVC). Mais ne paniquez pas pour rien. En général, on retrouve ces problèmes chez les femmes prédisposées. Celles ayant eu des antécédents de thromboses veineuses elles-mêmes ou dans leur famille. 

On rajoutera à cela l’hygiène de vie qui impacte les effets de la pilule contraceptive, comme la consommation de tabac , le surpoids, l’hypertension artérielle et les problèmes cardiaques

 

La gratuité jusqu’à 25 ans

Une bonne nouvelle a été annoncée ce 9 septembre 2021 par Olivier Véran. Une nouvelle attendue et demandée depuis longtemps : la gratuité de la contraception pour les jeunes femmes à compter du 1er janvier 2022.

« Il y aura une prise en charge de la contraception hormonale, du bilan biologique qui peut aller avec, de la consultation de prescription et de tous les soins qui sont liés à cette contraception jusqu’à 25 ans », a annoncé Olivier Véran ce jeudi 9 septembre. La mesure sera effective au 1er janvier 2022. 

En effet, bien que la pilule contraceptive soit la méthode actuelle la plus efficace en matière de contraception, elle n’est pas toujours remboursée. Sauf pour les 15-18 ans où elle est prise à 100% en charge par l’assurance maladie depuis 2013. Et de nombreuses femmes renoncent à cette protection faute de budget. On avait pu observé que la gratuité avait permis de faire sensiblement baisser le taux de recours à l’IVG (interruption volontaire de grossesse) en passant de 9,5 à 6 pour 1 000 entre 2012 et 2018.

« C’est insupportable que des femmes ne puissent pas se protéger, ne puissent avoir une contraception, si elles en font le choix, évidemment … Parce que ça leur coûte trop cher dans leur budget », a-t-il justifié.

 

pilule-contraception-femmes-santé-intime

 

Gratuit pour quelles contraceptions ?

« Toutes les contraceptions féminines seront prises en charge par l’Assurance-maladie. Sans distinction », a précisé le ministère de la santé. Seconde bonne nouvelle. Vous pourrez retrouver toutes les modalités de remboursement sur le site de l’Assurance—maladie. Il y ait aussi expliquer les différentes prises en charge pour les autres moyens de contraception. Comme les implants contraceptifs, les dispositifs intra-utérins (DIU) ou stérilets et les diaphragmes.

« Ils sont délivrés en pharmacie sur prescription médicale, de manière confidentielle et sans avance de frais pour les jeunes filles mineures ». Il est toutefois précisé que certains moyens de contraception ne sont pas remboursés.

Si cette décision est applaudie par le Conseil national de l’Ordre des sages-femmes, ce dernier précise toutefois que pour une efficacité totale de cette mesure, il est important que l’ensemble des moyens de contraception mais également la contraception d’urgence. En effet, elle n’est aujourd’hui gratuite que pour les mineures et pour les majeurs dans les établissements scolaires et universitaires. Espérons qu’il soit entendu !