Les allergies sexuelles gênantes

Les allergies sexuelles gênantes

21 août 2019 0 Par clara

allergies-sexuelles-sante-intime

Il arrive que des allergies viennent contrarier les rapports sexuels. Parfois difficiles à diagnostiquer, elles sont surtout taboues pour de nombreuses personnes qui n’osent pas consulter. Il peut s’agir d’allergie au sperme, au latex du préservatif ou encore au baiser !

Allergies sexuelles : des symptômes communs

Lorsqu’il y a allergie, les symptômes sont souvent les mêmes : démangeaisons, rougeurs et sensation de brulure au niveau des parties intimes doivent vous alerter.  Cela peut également se traduire par une sécheresse vaginale ou un gonflement des lèvres. Parfois les symptômes ne sont pas localisés et sont plus surprenants : rhinite, éternuements, asthme ou encore choc anaphylactique peuvent aussi provenir d’une allergie sexuelle.

L’allergie peut ne pas se déclarer tout de suite, il faut un à plusieurs contacts avec l’allergène pour que le corps commence à développer des défenses immunitaires. “Les symptômes apparaissent plutôt rapidement, mais tout est possible en matière d’allergie, explique le Dr Pierrick Hordé, allergologue. Ils sont immédiats ou plus tardifs et apparaissent parfois le lendemain de l’exposition, ce qui complique le diagnostic”.

Un autre problème est la similarité entre les symptomes de l’allergie au préservatif ou au sperme et ceux d’une infection, ce qui risque d’entraîner des erreurs de diagnostic et des traitements inadaptés.

allergie-au-sperme-santéintime

 

L’allergie au sperme

Pour être précis, l’allergie au sperme n’existe pas, il s’agit d’une allergie au liquide séminal (qui compose le sperme). Cette allergie retse très rare, environ 1 cas pour 5 000 à 10 000 personnes. Mais comme elle reste sous-diagnostiquée, il est possible que ce soit plus fréquent que l’on ne l’estime. L’allergie se manifeste après un contact entre le sperme et la muqueuse (vaginale, anale ou buccale), parfois le lendemain, parfois sous forme de choc anaphylactique immédiatement. Il se peut également que l’allergie prenne la forme des symptômes de mycose, compliquant la prise en charge de la patiente.

“Beaucoup de femmes allergiques au liquide séminal sont traités à tort pour une mycose génitale de façon répétée, met en garde le médecin. Le traitement ne guérit rien puisque le problème n’est pas là…” Il convient alors de bien mettre en évidence l’absence de symptômes lors de l’utilisation du préservatif qui permettra de conclure au bon diagnostic qui se révèle difficile en l’absence d’anormalité dans les examens gynécologiques et les prélèvements sanguins.

C’est une glycoprotéine contenue dans le liquide séminale appelée Kallicréine qui est responsable de l’allergie.” C’est l’allergène majeur du liquide séminal, que l’on a identifié aujourd’hui mais il y en a peut-être d’autres”, précise toutefois le Dr Chabane.

Il arrive parfois que l’allergie soit causée par un aliment ingéré par le partenaire sexuel et se soit retrouvé dans le sperme.  Cela reste rare mais des cas liés à l’absorption de noix de cajou et d’amoxicilline ont été répertoriés.

Lorsque le diagnostic est posé, il est inutile de changer de partenaire, l’allergie n’est pas liée à son sperme mais au sperme en général (donc à celui de tout le monde) ! Le seul recours efficace en prévention est le préservatif, que ce soit pour la pénétration vaginale ou anale, ou pour la fellation. Les histaminiques peuvent fonctionner lorsqu’il s’agit de symptômes légers. Quant à la désensibilisation, elle n’est plus pratiquée car les extraits utilisés dans ce but doivent être préparés de façon individuelle par les laboratoires et ne sont utilisables que par une seule personne. Dans le cas où la personne souhaiterait avoir un enfant, il faudra passer par la préocréation médicale assistée.

L’allergie au préservatif

Là encore il s’agit d’un raccourci de langage puisque l’allergie est provoquée par le latex contenu dans les préservatifs et non pas le préservatif en lui-même. En effet le latex (qui provient de la sève de l’arbre à caoutchouc) est majoritairement utilisé pour les préservatifs mais aussi certains sextoys ou les gants ménagers par ex. Les protéines allergisantes de l’arbre à caoutchouc se retrouvent dans la sève de l’arbre et donc dans le latex qui est produit naturellement. On estime que cette allergie toucherait 3% de la population, ce qui en fait l’allergie sexuelle la plus répandue. Le latex contenu dans le pr »servatif est en trop petite quantité pour déclencher une allergie, il faut donc faire attention à tous les objets qui en contiennent. La majorité des allergies se sont développées dans les années 90 avec les mesures de prévention du SIDA et l’utilisation de gants non poudrés qui sensibilisait les personnes allergiques au latex. Les gants sont maintenant bien moins allergisants et l’allergie au latex tend à diminuer.

Il existe désormais des préservatifs qui ne contiennent pas de latex, permettant aux personnes allergiques de continuer à en utiliser.

allergie-au-préservatif-sante-intime

L’allergie au baiser

Préliminaire à l’acte sexuel, le baiser peut lui aussi engendrer des allergies. Elle se manifeste lorsque le partenaire a ingéré des aliments ou des médicaments auxquels le ou la partenaire est allergique. Une sorte d’allergie par procuration en quelque sorte qui nécessite une certaine vigilance de la part des personnes qui ont des allergies connues avec des symptômes importants.

 

L’allergie au sexe

Il existe également une allergie au sexe en général. Chez l’homme, elle va se manifester par des symptômes grippaux (yeux rouges, nez qui coule, fatigue, courbatures) post-éjaculation. Ces symptômes peuvent durer jusqu’à une semaine. Il s’agit d’une réaction auto-immune dûe à l’éjection de leur propre liquide séminal !

 

Sachez reconnaître les symptômes des allergies sexuelles afin de pouvoir poser un diagnostic rapide et pouvoir continuer d’avoir une vie sexuelle normale. Et méfiez-vous de tout objet qui serait en contact avec vos parties intimes, même le lubrifiant pourrait entrainer une allergie.